mardi 10 décembre 2013

Où se trouve l'endroit le plus froid du monde ?

En Antarctique !
Oui mais pas là où on le pensait depuis plusieurs années.
En 1983, des chercheurs avaient relevé une température record à proximité de la station de recherche russe de Vostok dans l'est du continent : - 89,2°C. Mais ce record vient tout juste d'être pulvérisé, a annoncé une étude menée par des chercheurs américains. Le 10 août 2010, un relevé effectué sur une crête désolée du plateau antarctique oriental a indiqué une température de -93,2°C. "Nous soupçonnions cette crête antarctique d'être extrêmement froide, plus froide que [celle relevée à la station scientifique russe de] Vostok parce qu'elle se trouve plus haut", explique le responsable des recherches, le glaciologue Ted Scambos du National Snow and Ice Data Center. Mais personne ne s'était encore appliqué à le vérifier.
Depuis 32 ans, différents satellites de la NASA et de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) sont utilisés pour effectuer des relevés de températures. L'arsenal permet ainsi de collecter un vaste ensemble de données qui a été analysé par les chercheurs, aboutissant à la découverte du nouveau record. Ce dernier a plus précisément été observé dans un ensemble de poches, à proximité d'une crête assez haute entre le Dome Argus et le Dome Fuji, deux sommets rassemblés sous le nom de plateau antarctique oriental.
Plus de 4°C de moins Pour identifier ce record, les chercheurs ont utilisé trois capteurs grâce auxquels ils ont scanné toute la région. Ceci a permis de localiser des températures particulièrement basses en altitude au niveau de la crête, et encore plus basses dans les "poches" situées à proximité. Ils se sont ensuite servis de l'instrument Thermal Infrared Sensor (TIRS) du satellite Landsat 8 lancé en début d'année 2013 pour déterminer la température la plus basse.
Il ne s'agit toutefois pas d'une exception puisqu'une température de -93,0°C a été relevé le 31 juillet dernier au même endroit, l'autorisant à devenir le plus froid au monde. Pour autant aucun de ces deux nouveaux records ne sera appelé à figurer dans le Livre Guinness parce qu'ils ont fait l’objet d’une mesure par satellite et non par thermomètre, a précisé M. Scambos repris par l'AFP. Mais ce chercheur et ses collègues ne se sont pas arrêtés là et ont voulu comprendre pourquoi il faisait si froid à cet endroit.
Pour le savoir, ils ont comparé les cartes topographiques des différents sites, ce qui a permis de trouver une explication. Pourquoi un tel froid ? Les températures ont tendance à chuter rapidement quand le soleil est clair. Lorsque cela dure pendant plusieurs jours, le sol se refroidit tandis que sa chaleur s'évapore vers l'espace. Ceci crée une couche d'air très froide juste au-dessus de la surface, de la neige et de la glace. Or, cette couche est plus dense que la couche plus chaude qui se trouve au-dessus, ce qui la pousse à dévaler la pente des dômes du plateau antarctique. L'air froid se retrouve alors piégé et sa température continue de baisser. D'où le froid observé. "En forçant l'air à devenir stationnaire sur une période prolongée, tout en continuant à évacuer plus de chaleur vers l'espace, vous obtenez la température absolue la plus basse que vous puissiez trouver", a expliqué Scambos dans un communiqué de la NASA. "Nous soupçonnions que nous chercherions un endroit magique devenu extrêmement froid, mais nous avons trouvé en Antarctique une bande large qui atteint régulièrement des températures record". 

La quête de l'endroit le plus froid au monde a démarré lorsque les chercheurs étudiaient de grosses dunes de neige, sculptées et polies par le vent sur le plateau est-antarctique. Quand les scientifiques ont regardé de plus près, ils ont observé des fractures à la surface de la neige entre les dunes, un signe potentiel que les températures en hiver étaient tellement basses qu'elles poussaient la couche de neige à se rompre. Les chercheurs se sont alors logiquement demandés quel niveau atteignaient les températures. Un froid extraterrestre
Si la température de -93,2°C a de quoi en impressionner plus d'un, Ted Scambos a rappelé que les scientifiques explorant ces contrées glacées font régulièrement des sorties par -73°C.
A cette température le corps humain peut survivre environ trois minutes sans protection. "Heureusement, je ne sais pas exactement comment on se sent" dans un tel froid, a plaisanté l’expert en évoquant le record. "Cela ressemble plus à ce qu'on pourrait voir sur Mars que durant une belle journée d'été dans les pôles".




lundi 9 décembre 2013

Grace Murray Hopper






Il reste encore des inventeurs inconnus qui ont bouleversé notre quotidien, et imposé (par hasard) une expression dans le monde entier. L'informatique et les micro-ordinateurs ne doivent pas tout à Steve Jobs, Clive Sinclair ou Bill Gates. Ils ne sont pas non plus l'apanage de jeunes boutonneux qui, du fond de leur garage ou de leur chambrette d'étudiant, ont bidouillé des bécanes, programmé des softwares révolutionnaires ou senti avant tout le monde l'évolution des comportements.

Grace Murray Hopper mérite de figurer au panthéon des inventeurs qui ont bouleversé les nouvelles technologies. Née en décembre 1906, elle enseigne les mathématiques, puis obtient un doctorat.
Engagée dans la marine américaine en 1943, elle est affectée à la programmation du premier supercalculateur numérique Harvard Mark, fabriqué par IBM. Elle participera ensuite à la mise au point de ses deux évolutions, Harvard Mak I et II.
Elle racontera plus tard qu'un insecte (bug en anglais) fut à l'origine de la première panne informatique de l'histoire. La mite récalcitrante fut retrouvée et collée dans le journal de bord du service avec cette phrase : "First actual case of bug being found." Le terme de bug informatique faisait son entrée dans le vocabulaire geek international ! La page, devenue historique, est pieusement conservée à la Smithsonian Institution.


Elle finira contre-amirale dans la marine US

EN 1950, elle fait partie de l'équipe qui conçoit le UNIVAC I le premier compilateur. À partir de 1957, Grace Hopper est engagée par IBM et invente un langage très proche de l'anglais afin de programmer des machines et leurs fonctionnalités. Ainsi naît le Cobol, acronyme de COmmon Business Oriented Language, qui révèle sa vocation originelle : être un langage commun pour la programmation d'applications de gestion. Le langage Cobol était de loin le plus employé entre 1960 et 1980 et reste très utilisé dans de grandes entreprises, notamment dans les institutions financières qui disposent (et développent encore) de nombreux logiciels et applications en Cobol.

Quelques années plus tard, elle est à nouveau approchée par l'armée américaine qui lui demande de revoir l'ensemble du langage informatique de son réseau. Elle restera jusqu'en 1986 sous les drapeaux et obtiendra le grade de contre-amiral. Elle fut même un temps l'officier le plus âgé de la marine US. Jusqu'à son décès en 1992, Grace Hopper sera régulièrement réclamée comme consultante pour différentes missions civiles et militaires. Elle fut enterrée avec les honneurs militaires au cimetière d'Arlington et est inscrite au National Women's Hall of Fame.

Grace fait partie de ces "génies méconnus" que de temps en temps Google tire de l'obscurité pour les exposer en pleine lumière par l'intermédiaire des Doodles. Après le designer Raymond Loewy, le scientifique Erwin Schrödinger ou le psychiatre suisse Hermann Rorschach, elle jouit vingt et un ans après sa disparition d'une gloire fugace mais salutaire.

LE POINT.FR

vendredi 6 décembre 2013

Cameron Hamilton, un adolescent britannique, a-t-il été témoin d'un phénomène paranormal lors d'une visite scolaire ?

En visite scolaire à l'Abbaye de Rufford, en Angleterre, un adolescent a pris une étrange photographie. Sur le cliché, on aperçoit distinctement une mystérieuse traînée blanche dans le coin sombre. Il pourrait s'agir du fantôme de Lady Arbella Stuart, aristocrate de la Renaissance emprisonnée et morte de famine au XVIIe siècle.


Un adolescent photographie l'apparition du fantôme d'Arbella Stuart à l'Abbaye de Rufford par Gentside

C'est, en tout cas, ce que semble démontrer une photo prise par ses soins avec son iPod Touch. L'esprit de Lady Arbella Stuart hante l'Abbaye de Rufford  Âgé de 15 ans et originaire de Bilsthorpe, un petit village britannique dans le comté de Nottinghamshire au Centre de l'Angleterre, Cameron Hamilton était en visite scolaire à l'Abbaye de Rufford dans le même comté. Alors que lui et les autres étudiants visitaient les antres du domaine, il a décidé d'immortaliser les lieux en prenant une photo avec l'aide de son iPod Touch. A l'œil nu, cette mystérieuse tâche blanchâtre n'était pas visible. Mais comme le veut la théorie, les apparitions paranormales se dévoilent à travers les clichés. Ainsi, en visionnant à nouveaux ses photographies prises sur les lieux, Cameron Hamilton s'est rapidement rendu compte qu'une étrange tâche s'affichait dans le coin sombre. Simple défaut de la lentille ou réelle apparition paranormale ? Les autorités du comté de Nottinghamshire pensent depuis des années que l'Abbaye de Rufford est hanté par un fantôme. Ce dernier serait l'esprit d'une aristocrate de la Renaissance qui était pressentie au trône d'Angleterre après le règne d'Elizabeth I. Cette femme répond au nom de Lady Arbella Stuart, également appelée Arabella Stuart. Emprisonnée à la Tour de Londres pour un mariage non désiré par le Roi Jacques Ier d'Angleterre, elle refusa de s'alimenter et mourut en 1615. Les croyances racontent que son esprit hante toujours l'Abbaye de Rufford. "Ce cliché a renforcé mes idées"  Et ces croyances, Cameron Hamilton les connaît. D'ailleurs, sa photographie a renforcé ses certitudes que les fantômes existent. "J'ai été quelque peu surpris car je ne m'y attendais pas du tout. Je crois en l'existence des fantômes et des phénomènes paranormaux et ce cliché a renforcé mes idées" a-t-il déclaré, relayé par The Daily Mail. "Cameron a pris cette photo dans la foulée de sa visite. Apparemment, il était en train de lire un document sur les légendes du fantôme de l'Abbaye de Rufford et a décidé de prendre une photo" a expliqué Helen, la mère de l'adolescent. "C'est seulement lorsqu'il est rentré à la maison et que nous avons visionné ses photos que nous avons aperçu l'apparition" a-t-elle poursuivi.

En savoir plus: http://www.gentside.com/fant%f4me/un-adolescent-photographie-l-039-apparition-du-fantome-d-039-arbella-stuart-a-l-039-abbaye-de-rufford_art56951.html
Copyright © Gentside

lundi 2 décembre 2013

Attention aux embouteillages et aux collisions ! 

 


Le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, a profité d'une interview sur la chaîne de télévision CBS pour dévoiler, vidéo à l'appui, un système de livraison par drones que le magasin en ligne veut mettre en place dans un futur proche.
Sur la vidéo de démonstration, on voit un mini-drone octocoptère transportant dans les airs des colis rangés dans de petites boîtes jaunes, depuis les entrepôts jusqu'aux clients vivant dans un rayon de 16 kilomètres et ayant passé commande sur le site d'Amazon.

Les drones pourraient livrer des paquets allant jusqu'à 2,3 kg – ce qui représente « autour de 86 % des livraisons effectuées par Amazon », a précisé M. Bezos, qui a défendu un projet « très écologique ».


Ce programme, baptisé « Amazon Prime Air », pourrait être opérationnel d'ici quatre à cinq ans, selon M. Bezos. Il requiert notamment des tests de sécurité supplémentaires et l'approbation des autorités de l'aviation, qui interdisent jusqu'à maintenant toute utilisation commerciale d'un drone sur le territoire américain.
Le Monde


Bonne journée